Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2017

Rouge-gorge (poème de Fabrice Selingant)

Rouge-gorge_poeme_de_Fabrice_Selingant-76b70.jpg

 










Familier par ta voix qui exige le printemps à la morne saison

à la moindre lumière alimente la forge d’un grand feu de ferveur

fier, c’est bien toi, qui arrives en premier pour reprendre la pose

sans scrupule, d’un coup d’aile, t’empares de toute chose

t’es pas le rossignol, t’as pas d’ trilles abusives

ta modeste chanson n’a pas moins de passion

toi, t’es le rouge-gorge, ton écharpe, ton chiffon

est foyer qu’on attise pour faire chauffer l’acier

lorsque couleur cerise on pourra le frapper

pour enfin brutalement dans l’eau le faire siffler

car s’il est bien trempé, sera dur de nos sueurs

car on crache dans nos mains pour saisir la cognée

et nos pognes reluisent de nos jets de salive

alors, oui, Rouge-gorge, reste bien près de nous

et affirme notre présent toujours pas à genoux.

Commentaires

Merci Essim

Écrit par : le Rouge-gorge | 25/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire