Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2018

Jamais seul(e)

Fais de ton mieux, fais ce que tu peux, et ce que tu as à faire. Essaye simplement. Quand tu as besoin, tu peux chaque chose te dire et penser. Ne te force pas, personne ne te dira quoi ne pas te dire, ne te taira en toi-même, toi même tu ne le feras pas, t'inquiète.
Monte du ventre palpitant, écoute, le flow d'émotions.
Laisse passer les peurs, couler les larmes si elles viennent, trouve le calme, au fond tu n'es jamais seul(e).
Il arrive que tu te sentes en phase avec une voie infime du dedans – silencieuse quand tu penses, quand tu fais, mais présentes attentives patientes, lumières simples, lueurs du fond du coeur du jour qui résiste, elles te gardent, et tu crois aux étoiles, en swing.
Reste auprès, encore, sois digne, écoute le souffle de la mer dans la conque si tes yeux s’absentent, sens mieux quand tu ne vois plus, si tu te sens perdu(e), comme abandonné(e), si tu sens que tu te vas tromper, de chemin, sur tes désirs, parfois, quand tu ne sais plus où tu vas ni où tu en es, lorsque tu as le sentiment de ne plus entendre rien à rien, laisse, écoute, chaque fois, regarde en attendant sur le bord des chemins monter le blues.
Partant du bas en remontant la pente gravis.
Immobile dans la nuit du bout du monde, souffle un temps, respire, debout tel au vent à l'herbe qui t’intime. Embrasse le doute, embrasse le tout, à la vie en rappel te sourire.
Tout le temps une poésie t'accompagne et donne le la.

00:49 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (1)