Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2015

Deux poèmes d'Alberto Blanco (traduits en français par Laurent Bouisset)

 
La tierra es la misma
     el cielo es otro
 El cielo es el mismo
     la tierra es otra 
 
De lago en lago,
de bosque en bosque:
¿cuál es mi tribu?
-me pregunto-
¿cuál es mi lugar?
 
Tal vez pertenezco a la tribu
de los que no tienen tribu;
o a la tribu de las ovejas negras;
o a una tribu cuyos ancestros
 
una tribu que está por llegar.
 
Pero si he de pertenecer a alguna tribu
-me digo-
que sea a una tribu grande,
que sea una tribu fuerte,
una tribu donde nada ni nadie
quede fuera de la tribu,
donde todos,
todo y siempre
tengan su santo lugar.
 
No hablo de una tribu humana.
No hablo de una tribu planetaria.
No hablo siquiera de una tribu universal.
 
Hablo de una tribu de la que no se puede hablar.
 
Una tribu que ha existido siempre
pero cuya existencia está todavía por ser comprobada.
 
Una tribu que no ha existido nunca
pero cuya existencia
podemos ahora mismo comprobar.

-

MA TRIBU

La terre est la même
     le ciel est autre.
Le ciel est le même
     la terre est autre.

De lac en lac
de bois en bois :
quelle est ma tribu ?
- je me demande -
quel est mon lieu ?

J'appartiens peut-être à la tribu
de ceux qui n'ont pas de tribu ;
à la tribu des moutons noirs ;
ou bien encore à une tribu dont
les ancêtres viennent du futur :
une tribu encore à venir.

Mais si je dois appartenir à une tribu
- me dis-je -
que cette tribu ait une grandeur,
qu'au moins ce soit une tribu forte,
dans laquelle rien ni personne
ne soit placé au ban de la tribu,
dans laquelle tous les êtres
et toutes les choses
occupent un lieu sacré.

Je ne parle pas d'une tribu humaine.
Je ne parle pas d'une tribu planétaire.
Je ne parle même pas d'une tribu universelle.

Je parle d'une tribu dont on ne peut pas parler.

Une tribu qui a toujours existé
mais dont l'existence est encore à attester.

Une tribu qui n'a jamais existé
mais dont nous pouvons attester
à cet instant même l'existence.

*

UN  BUEN  POEMA

Un buen poema
debe tener la fuerza suficiente
para aguantar de todo:

Ediciones caseras,
malas traducciones,
errores de ortografía, erratas,
machetazos a caballo de espadas,
cartas de amor,
bibliotecas olvidadas,
programas de televisión,
películas de arte,
películas de las otras,
ironías de la vida,
correcciones de última hora,
internet,
manifiestos,
revoluciones,
malos gobiernos,
conversaciones de café,
confesiones de media noche,
días con sol, días nublados,
buenas críticas,
malas críticas,
cero críticas.

Un buen poema
debe ser lo suficientemente fuerte
como para soportar
interpretaciones abusivas,
cursos escolares, tesis,
musicalizaciones,
antologías,
presentaciones,
lecturas colectivas,
homenajes, plagios,
epígrafes, dedicatorias,
obras completas.

-

UN BON POEME

Un bon poème
doit avoir assez de force
pour résister à tout :

Éditions artisanales,
mauvaises traductions,
fautes d'orthographe, coquilles,
coups d'épée cavaliers,
déclarations d'amour,
bibliothèques oubliées,
émissions de télévision,
films d'auteur,
films d'une autre sorte,
ironies de la vie,
corrections de dernière minute,
internet,
manifestes,
révolutions,
mauvais gouvernements,
discussions de café,
confessions du milieu de la nuit,
jours de soleil, jours nuageux,
bonnes critiques,
mauvaises critiques,
absence totale de critique.

Un bon poème
doit être assez fort
pour supporter
les interprétations abusives,
les approches scolaires, les thèses,
les mises en musique,
les anthologies,
les présentations,
les lectures collectives,
les hommages, les plagiats,
les épigraphes, les dédicaces,
les œuvres complètes.


Textes du poète mexicain Alberto Blanco.

Traduction de Laurent Bouisset.

Collectif Fuego des fuego :
http://fuegodelfuego.blogspot.fr/2015/09/deux-poemes-dalb...

Commentaires

J'aime beaucoup... Merci d'avoir partagé, Kel.

Écrit par : Mireille | 15/09/2015

Répondre à ce commentaire

Merci Kelig. Attention au début de la version originale de "Mi tribu", il semblerait que le copier/coller t'ait joué des tours !

La première strophe, normalement c'est :

"La tierra es la misma
el cielo es otro
El cielo es el mismo
la tierra es otra"

La deuxième :

" De lago en lago,
de bosque en bosque:
¿cuál es mi tribu?
-me pregunto-
¿cuál es mi lugar?"

Écrit par : Laurent Bouisset | 16/09/2015

Répondre à ce commentaire

Ah oui dis donc, il y avait un petit piège... as-tu vu ta page quand on fait copie/colle ? Ces vers apparaissent.
Bon c'est corrigé !
Et de rien du tout le plaisir est pour moi aussi :-)

Écrit par : kelig | 16/09/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire