Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2015

breizh ensantée




passion s'émousse
au fur et à mesure
retrouve l'azur
le long de la masure
le lierre épouse les murs
lichens envahissent toiture

chemine

sans plus d’armure
les temps entrent
par vents et marrés

par les carreaux ouverts
par la porte d’entrée
jetée la clé

maison s'emplit

de l'eau fine pluie
éclaircie
soudaine
s’envole une fée
étoile filante
vers île ouessante


qui sait ce qui attend d'aventure
en allant de l'avant retrouvant des jours
choses perdues de la nature
à la prairie

07:03 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire