Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2015

Mémoire mer





Étrange manège famille d’enfance
sur les genoux de son pépé, à jouer
belote et rebelote
sur les épaules de son papa
à enchanter les mots celtiques
enfant jouet avec les grands
des sucreries de sa marraine
les histoires au riz au lait
à la croûte au beurre salé
la compagnie chérie de maman
avec des jambes des petits bateaux
dans la baignoire en plastique
avec son petit frère de lait de ker
o meunier tu dors
farine de moulin à paroles
enfance vivace
courant au pré du ruisseau
questionne à tout bout de champ
lancée à la volée
sans fin interrogation
à la compagnie fou rire
à la ronde de souvenirs
allé à l’école des copains
des copines parties elles aussi
avec les chouettes
rentré à la maison d'un jardin
par ses bouts de chemin
à la ferme natale d'animale familière
à la chèvre blanche ô tendre Chloé à cher chien rom et à Bouba de Gorré
à Gwenki le petit chien blanc foufou de tante adorée
à la minette la chatte sorcière
à la nature touffue à ses mystères
toutes les couleurs en fleurs de candeur
pierres moussues et primevères
cachées sous les fougères
enfance des manifestations
comme une bénédiction
entraînée bien jeune à la lutte
emportée par les gens inconnus 
de passage et sans but
mêlée à des discussion étranges
semées d’idées confuses confites
en ces soirs lointains
pétris d’humanités
les jours gonflés dans les ballons bariolés
au rouge à l'hélium
lâchés dans le ciel des hélicoptères à Plogoff
à la bergerie manu-manu
les jours imaginatifs
les jours calmes monotones
les jours sereins
les jours allongés
vivent les vacances
on range son cartable
pour partir jouer rire et s’oublier
au milieu des cousins à vélo et aux Indiens
au bois d'éveil pour des prunes
et autant de cerises
la résine colle aux mains
le visage en nage sue
redis me des histoires encore
à l'abandonne claire fontaine de Haute-Bretagne
rêve paysan bigouden des bords de mer
avec les frangins.

10:12 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

C´est bien beau l´enfance, mais gare à ne pas devenir le Philippe Delerm du Quartier du Panier ! Delerm, l´immortel auteur de Dickens barbe à papa (sic). D´un mot sombrer dans le kitsch (Kundera) ou le cucul (Gombrowicz). Mais qu´importe : bien à toi !!!

Écrit par : perrot frederic | 06/05/2015

Répondre à ce commentaire

"gare à ne pas devenir le Philippe Delerm du Quartier du Panier !"

:)))

Écrit par : (kelig) | 06/05/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire