Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2017

L'Albatros (poème de C. Baudelaire)

 

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

 

6439965_f9c78940f689ae54a5e9d150be3769bdcada2e8e_1000x625.jpg

Commentaires

Nous avons suivi le même meeting...très beau poème.
Bis
Rocio

Écrit par : Rocio | 29/03/2017

Répondre à ce commentaire

Il en va de l’orage

Il en va de la foudre et du chaos

Consciences réagissez il n’est peut-être déjà plus temps

Consciences réagissez car c’est votre pouvoir

Il en va du désastre

Agir ne sera pas une poussée de fièvre

Agir ne pourra être un simple mouvement

Les mages vous diront la sourde fatalité

Ils vous veulent résignés et consciences dociles

Les sorciers nieront toute autre alternative

Ils prêcheront la grande putréfaction

« Tout est pourri, il n’y a rien à faire, ne faites pas confiance,

soyez donc individualistes, ne prenez pas de risque à aider l’inconnu,

tout sera toujours ainsi. »

Ainsi ils parleront, ainsi dans leurs incantations

Ces sorciers du néant feront sourdre la haine

Il en va de la haine et de l’anéantissement

Consciences il vous faut vous unir et trouver vos alliés

Il vous faut accomplir plus qu’un pas oui bien plus qu’une marche

Le temps presse je ne sais s’il n’est déjà trop tard

Et je vous dis d’agir car vous n’avez le droit

De tout laisser tomber de sombrer fatigués

Ce qui s’est terni à vos yeux fourvoyés

Peut retrouver l’éclat si vous le polissez

L’héroïsme de conscience est amertume douce

Il vous faut être petit et convaincre des millions

Conscient que de l’élan viendra l’âpreté et la force de ferveur

Celle du feu et celle de la vie

Altruistes le jour et les peurs solitaires

Les sorciers feront tout pour vous prouver leurs dires

La gangrène annoncée vous en montreront leurs phalanges

Oublieront de vous dire leurs plus sombres calculs

Nieront que de leurs mains ce désordre est la cause

Ils vous veulent sourds aveugles et muets

Hallucinés envoûtés tout juste hypnotisés

Par l’annonce quotidienne du crépuscule immense dont ils tirent profit

Pour la nuit à venir les néons de lumière noire ne manqueront pas

D’aveugler plus encore d’incandescences sans chaleur

Car bien sûr ils voudront faire passer le jour pour un délire posthume

Le jour est éternel puisque la Terre tourne

Ne croyez pas benoîts ces dealers de feux follets

Vous volant la flamme votre embrasement votre souffle

Ils noieront tout sous le flot du mensonge

Éteignant l’étincelle qui pourrait enflammer

Traiteront de démence la plus simple envie

Comme vous je ne suis pas des leurs

Ne voyez pas en moi un autre thaumaturge

Dans mon bâton il n’y a que la magie de m’aider en chemin

Ce n’est ni celui d’un diseur ni celui d’un meneur

Vous n’êtes pas troupeau jamais n’ayez envie d’un berger

Je ne sais que vous dire que déjà vous savez

Que l’alternative c’est vous

Que par vous elle peut être

De vos verbes naîtront les nouvelles idées

De vos idéaux naîtront soudain les nouveaux verbes

Prenez garde seulement à chasser de chez vous

Tous ceux qui nieront la générosité

Tous ceux qui n’opposeront qu’une raison égoïste

Il n’y a pas d’avenir à jouer à leurs fêtes

Les sorciers en sont maîtres et n’ont pas de pitié

Ceux qui les aident un jour lendemain sont foulés

Consciences c’est à vous de frotter et faire luire

A vous de battre la pierre de briquer le soleil

De fourbir vos langues et de polir vos verbes.

Fabrice Selingant

Écrit par : le Rouge-gorge | 30/03/2017

Répondre à ce commentaire

Deux albatros, que c'est beauuuu !

Écrit par : Dania Nicolas | 31/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire