Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2016

L'être à la lutte

il faut recommencer sans discontinu, laisser s'écouler sans s'écrouler, par gestes et petites pensées, à la ronde
labeur du quotidien, ferment de choses concrètes, en essayant d'avancer - malgré tout - par petits bouts saccadés
lentement revenu à - tourne encore, la vie retourne les choses par phases, beaucoup sont partis où on ne sait
tourne avec, la terre elle s'ensemence chaque année, en sillons d'ondes en sinusoïdes donnent
à suivre, musique paysanne extraite de ses racines, éclipse des hélices
à la surface du sol les bêtes serpentent, atterrent, parmi des mauvais rêves envahissent des nuits, à semi sommeil en apnée, menacé par des hordes autour - tu te sens parfois mauvais au milieu, sombre, tourmenté la peur à l'esprit, égaré au milieu de ce nulle part en partie inconscient, au monde obscurci
à résister pour tenir, ne pas se laisser prendre le coeur par le mal, trouver les ressources de croire, toute pensée tombée désuète
l'esprit enfermé dans son ombre cherche la lumière, l'invers, par où rouvrir, de la nuit étoilée filtrent des photons par traces de lumière ancestrale

Commentaires

Je me retrouve dans ces paroles , Oui !

Écrit par : Dania | 24/02/2016

Répondre à ce commentaire

Oui, ce sont des choses des passages qui peuvent arriver de temps en temps, et puis qui partent ensuite.

Écrit par : kelig | 24/02/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire