Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2017

paroles de peut beaucoup


coeur de langue

étouffé sous les noves
sales trafics
aux canaux annaux

entrent avec des sorts

sortie de caniveau
perce-oreille d'un autre
empuantissent l'esprit frit

travestie's news

elles rendent accroc
dans  un courant d’air opaque
par la télé immobile à JT
par le journal libéral
centrale et sans gêne
fuitent à la rue, au boulot, au bistrot
furibondes du monde

on pense oublier au fond d'un verre

noyé à sec
mais elle érode à avaler
couleuvre sinuant dans le vent
en paroles disséminées aujourd’hui
poisons de bruits
un jour ainsi scie
lendemain insane nie

sorts jetés en pensée

acharnés sur nos vies
réduites à confettis

elles se perdent à nos sens

comme elles nous dépensent
elle s’encensent de lances
coupe-coupe cut stress

sans commune mesure

épuisette la tête
tressent les détresses
& changent ses trombines
& se répètent en bobines
se débinent et débitent
et se volatili
et nous utili
et nous enlisent
élysée

celles qu'on saisit pas

mais qui causent tans de torts
pas concrètes ni tangibles

pare-all masquées

vend de taire
à motus mots tus
effaçant les traces
invisibles en cash
exemple comptes d'opération :
CFA au détail des coupures


nous entraînent dans la tourmente au désert du temps passant


c'est ballot d'histoire

marchand de fables ensable

mordus les pieds
de la langue dévoyées
aux vendus
dans le blanc aveuglant et beuglant
qui se hante et ment


tombées en poussières
paroles de suie

bon sang retrouvé
les pouvoirs des langues
déliées
messagères de vérités
et au détour des mots pique

les tristes figures
les crapules
qu'on les déchiquette
et les mette en boîte
avec les gargouillis
gris cris en gargouilles

vieilles fripouilles
elle ne nous entaireront plus

lumières bon sang de bonsoir
on va pas s'éteindre et puis plus rien
nom de nom
le pouvoir de dire
pour changer on se parle
donner sa parole n'est pas du vent

et puis des murmures
se rejoignent
au coeur de nos langues

09:24 Publié dans poésies | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Celui-là je le connaissais mais il me semble que le titre était "Paroles de PEU beaucoup" .
Euh, pour les noves, je me creuse la tête ! Est-ce pour dire la nov'langue d'Orwell , cela pourrait coler au contexte ?

Écrit par : Liseuse | 09/04/2017

Répondre à ce commentaire

De petits riens qui disent beaucoup :
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article153988
sans prosélytisme aucun ;)

Et je corrige mon com précédent : "coller" au lieu de coler !

Écrit par : Liseuse | 09/04/2017

Répondre à ce commentaire

Eh oui, de peu en peu on peut beaucoup ! :-)
Je l'ai depuis, disons, optimisé ! Le poème.
Pour les noves, oui, c'est une référence à novlangue.

Je crois qu'on va gagner :-)

Écrit par : Kelig Essim | 09/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire